“L’architecture témoin de la gare est un tracé d’une promenade paysagère en continuité avec la petite ceinture. Une promenade autour d’une micro-ville dessinant la verticalité de la petite ceinture dont le point culminant serait le ciel de Paris, habité par une ferme urbaine, berceau pour une nouvelle biodiversité. L’humanité dégagée de ce projet est inhérente au projet. Son expression est vivante, symbole de la diversité des cultures des hommes et des femmes.”  Lina Ghotmeh, Architecte Ré-Alimenter Masséna

 

Vivre autrement la transformation Urbaine


Investir la Gare Masséna pour ce projet, c’est participer à l’écriture d’une métamorphose urbaine emblématique du Grand Paris. Implanté au coeur de «monuments urbains» existants ou en devenir (voies ferrées, usines de béton et de traitement des déchets, tours Duo…), le site appartient aussi à la frontière en pleine évolution de Paris et sa banlieue. Situé à flan des maréchaux mais surtout de la petite ceinture, la Gare porte en elle l’échelle métropolitaine qu’il convient d’interroger et d’habiter. L’implantation de ce lieu unique s’inscrit dans la continuité de la biodiversité présente dans la petite ceinture et tisse le lien avec les différentes activités du quartier. Il incarnera une balade urbaine animée, novatrice et durable. Nous sommes convaincus que la Gare Masséna a un rôle à jouer pour inventer cette nouvelle manière de vivre et d’habiter ce quartier en pleine transformation.

Invitation au voyage


Masséna et sa gare, son architecture ferroviaire, l’idée du voyage que suggère son ancienne utilisation sont alors le point de départ d’un voyage dans le temps, se liant à différentes temporalités, témoin de métamorphoses urbaines importantes, de l’époque industrielle aux aménagements de la Zac Masséna Bruneseau, puis différentes spatialités, de son contexte immédiat à l’échelle urbaine de la ville de Paris.

Promenade urbaine, la petite ceinture à la verticale


L’architecture témoin de la gare se spécifie par son rapport à la petite ceinture, tracé d’une promenade paysagère dessinant les contours d’un Paris passé. Comment réactiver alors aujourd’hui cette idée de promenade urbaine dessinée par la petite ceinture? Si cette dernière entoure Paris et ses habitants, alors le projet, le bâtiment et ses habitants seront reliés par une rampe, invitant à une promenade autour de cette "micro-ville" verticale. La rampe est mouvante, se dessine par le mouvements des usagers la pratiquant, n’existant que pour dérouler un lien, une continuité, un point de vue de l’ensemble de l’architecture et du paysage qu’elle semble prédominer, tout en embrassant la gare. L’approche sensible du dessin de l’architecture permet une réelle expérimentation des espaces intérieurs, et la matérialisation d’espaces dédiés à la culture. 

Réinventons Paris

Ré-Alimenter Masséna se positionne comme un projet ouvert et humain. Les arcades de la façade font écho à celles de la gare, témoignant de la volonté de tisser des liens avec la mémoire et l’histoire du quartier. L’idée d’un voyage dans le temps se dessine aussi par l’oblique des rampes qui créent une ouverture vers l’extérieur, un mouvement, une promenade. Ses rampes et leur mouvement contribuent à ce rapport constamment rejoué entre l’extérieur et l’intérieur, et renforcé par la transparence de la façade en bois. La volumétrie affinée de son sommet permet une intégration urbaine plus douce, et un impact réduit de sa présence sur le boulevard Masséna et la rue Regnault. Au sommet, la lumière et le soleil sont filtrés par les jardins, l'agriculture urbaine en hauteur. 
 

schemas-coupe.jpg

Comment Ré-alimenter Masséna?

Le quartier qui abrite la gare Masséna présente une offre culturelle faible et clairsemée par rapport à d’autres secteurs de la capitale. L’aspect innovant du projet doit attirer le public le plus large et faire de cette gare un vrai lieu de vie et de proximité pour les habitants du quartier et de la ZAC.


Un lieu central où tous les aspects de l’alimentation seront développés


La gare Masséna regroupera des espaces où de nombreuses composantes de la culture seront présentes, avec pour spécificité un lieu central où tous les aspects de l’alimentation, de la fourche à la fourchette, seront développés par des partenaires reconnus et dans une dimension prospective. La ressource alimentaire et les moyens de pérenniser la végétation en milieu urbain sont au centre de nos réflexions. Le programme proposé consiste ici à rendre l’alimentation sensible dans le paysage urbain et à apporter un cadre d’exercice pratique à l’écologie urbaine.

L’alimentation devient ici le support de nouveaux échanges et permet de nourrir, dans un environnement fertile, pratique et poétique une réflexion commune sur les pratiques quotidiennes et les enjeux alimentaires contemporains. La modestie des surfaces concernées n’empêchera pas Ré-Alimenter Masséna de servir de base opérationnelle pour structurer des liens avec d’autres espaces parisiens en commençant par les plus proches, notamment le Marché Maison Blanche, le Marché Jeanne d’Arc et le Marché Paris-Rive gauche s’agissant de l’alimentation, ou le Petit Bain, la Dame de Canton et le Théâtre 13 s’agissant d’établissements culturels.


Un poste avancé pour la recherche


Le cahier des charges de nos partenaires est simple : faire de Masséna leur poste avancé de toutes leurs recherches en cours et les diffuser au public en avant première. Les acteurs réunis permettent d’explorer au quotidien un cycle complet : production – transformation – commercialisation. Ainsi, La ferme urbaine des étudiants d’AgroParisTech partira de la problématique des banques de graines (Que peut-on planter ? Où ? Pourquoi ? Comment ? Dans quelles perspectives à long terme ?), Sous les fraises mettra en oeuvre des pratiques préconisées, pour enchaîner avec les producteurs de La Ruche qui dit Oui qui installera son « Ruche Lab » lui permettant de tester les innovations qu’elle souhaite lancer au niveau national mais aussi européen (nouveaux emballages, transports, applications mobiles..). Ces projets fragmentés n’auraient que peu d’intérêt, mais coordonnés au quotidien par un support média comme Alimentation Générale, ils permettront en permanence de lancer les débats prospectifs sur l’ensemble de la chaîne. Une cantine interactive est au coeur du projet et permettra notamment la rencontre réelle de tous les acteurs autour de l’essentiel : ce que nous finissons par ingérer et qui fait que nous sommes ce que nous mangeons. Si de multiples expériences parcellaires existent, aucune ne traite en un lieu unique l’ensemble de la chaîne alimentaire.

1. Bar & Black Box



5. Agriculture Urbaine


 

           2. Bureaux / Administration  



           6. Logements
                Résidence de chef

               3. Conserverie, 
                    La Ruche qui dit Oui
                    Cantine de la Gare

               7. Circulations / coursives

               4. Ateliers pédagogiques
                    Sous les Fraises


               8. Circulations/ noyaux

 

Partenaires « alimentation »


La Ruche qui dit Oui est une entreprise de mise en relation de producteurs et de consommateurs via une plateforme numérique. Plus de 4.500 producteurs sont ainsi fédérés et permettent une diffusion de produits sélectionnés en circuits courts.


AgroParisTech, cette grande école d’ingénieurs, pour le projet « Ré-alimenter Masséna »,  est centré sur la présentation au public des expériences les plus innovantes menées autour de l’alimentation, de la fourche à la fourchette, en partenariat avec Sous les Fraises. 


Sous les Fraises exploite les derniers étages du projet avec la mise en page de l’agriculture urbaine et la conserverie partagée dans la gare. Ces lieux constituent des espaces importants d’activité dans un arrondissement qui manifeste un désir patent d’espaces dédiés à la rencontre et au partage de moments de loisir. Autour de l’alimentation, enfants et adultes trouvent ici un lieu ressource qui associe à la qualité de vie, la transformation intelligente des pratiques quotidiennes.

Sous les fraises, c’est:

  • - 750 m² (au moins) d’agriculture urbaine (jardin vertical) repartis sur les trois derniers étages de la tour et la toiture de la gare ;
  • - Une gestion intelligente des ressources – eau, surfaces disponibles et déchets du site ;
  • - Des outils pédagogiques avec des espaces d’ateliers en lien avec les installations agricoles ;
  • - Une conserverie partagée, espace ouvert et fonctionnel qui accueille au quotidien les professionnels et les particuliers.

 

Partenaires Culturels « art et spectacles »


Les expositions et productions artistiques devront s’inscrire dans la réflexion suscitée par l’Alimentation, autour de questions thématiques comme l’environnement, le climat, la pollution, la biodiversité etc. En parallèle, des expositions des événements alliant Art & Gastronomie seront produits.


Soucieuse de proposer une approche singulière à la simple diffusion de concerts, PolyChrone tissera des liens avec les producteurs de spectacles faisant référence en France et à l’international, mais accueillera aussi les plus jeunes organisateurs et les collectifs artistiques. Caramba Spectacles, par exemple, pourra utiliser nos espaces pour la création et l’avant première du projet « Autour de Nina », en hommage à Nina Simone avant la présentation officielle dans le cadre du Printemps de Bourges et à la Philharmonie de Paris.


La Galerie Magda Danysz spécialisée dans le StreetArt fera de Ré-alimenter Masséna le symbole d'un lieu de vie innovant, tourné vers le public, les habitants et les entreprises du quartier, en partant du principe que les artistes peuvent être un élément de dialogue et des catalyseurs de débat autour des questions sur l’environnement et l’alimentation. On pourra ainsi imaginer non seulement un espace permanent dédié à l’accueil des projets liés aux arts visuels mais aussi des parcours dans tout le bâtiment, à la manière d’une chasse au trésor ainsi que de nombreux lieux flexibles pour organiser des moments privilégiés : projections, ateliers, cycles de formation, colloques etc.

Les programmes de tous ces partenaires comme celui des chefs ou des artistes en résidence seront systématiquement l’objet d’actions de concertation préalable avec les usagers, notamment pour ce qui concerne le jeune public. Dans cet axe l’association du quartier NQ13 se joint à notre équipe afin de faciliter l’échange, tisser le liens avec les différents acteurs, habitants, population du quartier.

TOP